Qu’est-ce qu’un jeans brut selvedge en 3 points

L'authentique métier à tisser à navettes

En boutique, lorsque nous commençons une explication sur nos jeans, la première question qui vous vient à l’esprit est : « qu’est-ce qu’un jeans selvedge ? » et parfois nous oublions que vous n’êtes pas (encore) tous des experts en denim (chacun son métier). Nous allons vous expliquer de manière simple la spécificité du tissage du denim selvedge et pourquoi les denims selvegde japonais sont (parmi) les meilleurs au monde.


Nous vous avions déjà expliqué l’écart de prix entre un jeans brut classique et un jeans brut dit « selvedge ». Dans cette « notice » nous voulions aller plus loin en vous expliquant la réalité du tissage du denim selvedge, qui en fait toute sa spécificité.

Ourlet selvedge DAO

Ourlet selvedge DAO

Il peut être tentant de réduire le selvedge à son liseré. Au-delà de son aspect esthétique, le liseré (dont le nom technique correspond à la lisière) est surtout une preuve de qualité puisque c’est ce qui va donner toute sa solidité à la toile de votre jeans.

Le revers a son charme, surtout sur un selvedge, alors on rajoute de la longueur

L’atout charme du selvedge

Comment est-ce que nous savons tout ça ? Parce que nous travaillons le selvedge japonais depuis 2012 et que nous venons de commercialiser le premier selvedge français, tissé à Montbéliard et fabriqué dans nos ateliers à Nancy.

1- Le denim

Avant de commencer notre explication sur les jeans selvedge, permettez nous juste de définir le denim. Le tissu pour faire du jeans s’appelle donc le denim. Dans le jargon professionnel, celui-ci est classé dans le catégorie des tissus dits « chaîne et trame ».

Le denim, référence du chaîne et trame

Le denim, une référence chaîne et trame

Point définition :
  • Tissu chaîne et trame = tissage d’un tissu issu de l’entrecroisement d’un fil de chaîne et un fil de trame
  • Chaîne = fil sur la longueur
  • Trame = fil sur la largeur

Ce qui caractérise un denim c’est que le fil de trame soit écru (non teinté) et que celui-ci se croise avec un fil de chaîne teinté (généralement en bleu). Les fils sont tellement serrés que cela donne un tissu denim. Pour que cela soit plus simple à comprendre je vous laisse regarder l’image ci-dessous.

Cela explique en parti pourquoi un jeans est bleu d’un coté et écru-blanc de l’autre. Pour ne pas perdre tout le monde, nous allons passer les détails les plus techniques et revenir sur la définition du denim selvedge.

Comparé à une toile classique, le denim selvedge est beaucoup plus lourd. Le poids d’une toile se calcule en oz, une unité de mesure anglosaxonne permettant de connaître combien pèse votre produit mais aussi quelle épaisseur fait votre toile.  Par exemple, la gamme DAO varie de 12 oz à 16 oz, c’est-à-dire de 340,8g à 454,4g. Pour découvrir cette différence d’épaisseur :

2- La lisière et la laize

Revenons à une définition simple, « selvedge » ou encore « selvage » vient de l’anglais et signifie « lisière » en français. Nous irions même plus loin en disant qu’un tissu de denim selvedge est un denim à lisières finies.

La lisière crée un fini net tout au long du rouleau

La lisière se retrouve tout le long de la toile

Si vous ne connaissiez pas ce terme technique, pas d’inquiétude. Vous aviez déjà entendu parler de la lisière d’une forêt ou de la lisière d’un champ n’est-ce pas ? C’est exactement la même chose : l’endroit précis où la forêt s’arrête net. Pour le tissu c’est la même chose, la lisière est simplement le bord de tissu.

Point définition :
  • Lisière = bord du tissu
  • Laize = largeur d’un tissu

Donc, vous l’aurez compris, un tissu selvedge se reconnaît d’abord par sa lisière finie, mais pas que. Une deuxième caractéristique est à ajouter au denim brut selvedge par rapport à un denim brut classique : c’est sa laize, c’est à dire, sa largeur.

Selvedge VS Classique

Différence de laize : denim selvedge VS classique

Largeur denim selvedge

La laize d’un denim selvedge fait moins de 85cm…

Largeur denim brut classique

…  quand un denim classique dépasse les 140cm

 Et c’est ce point qui fait qu’un jeans selvedge sera toujours plus cher qu’un jeans basique. Qui dit laize plus petite dit plus de tissu utilisé dans la fabrication d’un jeans.


 Point conseil : Comment reconnaître un faux selvedge ?

Face au succès grandissant du denim selvedge, il arrive que certaines marques créent des imitations en cousant simplement un liseré au bas de la jambe. Le problème ? Le liseré selvedge n’est pas seulement esthétique, il est aussi un point de renfort de la toile. C’est ce qui donne un toile de qualité capable de durer 5 ans même en étant porté quotidiennement.

Pour vérifier qu’un jeans est bien selvedge, il suffit de le retourner. En regardant le pantalon sur l’envers, vous devez voir apparaître le liseré tout le long de la jambe et non sur une extrémité. Il doit être pleinement intégré à la toile et non être rapiécé ou cousu.

Autoroute du selvedge qui parcourt la jambe

Le liseré doit parcourir la totalité de la jambe


 3- Le tissage

La différence de largeur est due à la façon dont est tissé le denim. Par « façon » nous entendons le métier à tisser qui a servi à fabriquer le denim. Pour les denims selvedge, les métiers à tisser ont la particularité d’être des machines dîtes à « navette ». Pour faire simple, c’est une navette qui fait des aller-retour droite/gauche en passant un fil écru de manière continue entre des fils de chaîne teintés.

Navettes et bobines utilisées lors du tissage

Navettes et bobines utilisées lors du tissage

Tissage denim selvedge avec navette

Tissage denim selvedge avec navette

Pourquoi une telle différence ? C’est très simple, les métiers à tisser à « navettes » sont d’anciens métiers utilisés avant les années 60/70 conçus pour faire des laizes de moins d’un mètre. La demande croissante en jeans a poussé les fabricants de métiers à tisser à développer d’autres technologies notamment celle dite « à jet d’air ».

Elle permet de faire des tissus d’une laize beaucoup plus grande et ainsi économiser du denim lors de la confection des jeans. Cette technologie permet de faire donc des tissus plus larges en revanche, revers de la médaille, vous n’avez plus de lisière finie mais des lisières coupées.

denim classique + schéma

Tissage denim classique à jet d’air

Point définition :
  • Métier à tissé navette = fil de trame continu
  • Métier à tissé jet d’air = fil de trame coupé

Point histoire : Pourquoi les Japonais sont si forts ?

Nous avions promis de vous en dire plus sur le selvedge japonais qui est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Pour faire simple : les japonais ont une culture du geste net et précis. Même s’ils n’ont rien inventé en matière de selvedge, ils sont parvenus à tout améliorer.

Jeans Selvedge Dao

Les différents jeans selvedge DAO en toile japonaise

A l’origine, les métiers à tisser à navettes se trouvaient en Europe et ce savoir-faire nous appartenait. Or, en Europe, le selvedge n’intéressait plus personne tout simplement parce que nous n’avions pas (ou plutôt moins) cette culture du jeans. Le coton ne pousse pas chez nous et le jeans est un produit qui ne nous a conquis que dans les années 1950-1960. Là où les Américains le préféraient dès la fin du XIXème siècle.

A ce moment, les Américains sont les plus gros consommateurs de selvedge. Ils ont donc décidé de sous-traiter au Japon et y ont envoyé toutes leurs machines. Pourquoi ? L’indigo pousse aux Etats-Unis et au Japon, et ils ont tous les deux un vrai savoir-faire concernant la culture de l’indigotier. Et la base du jeans reste (aussi) la façon de teinter le fil de chaîne. Les Japonais ont ensuite rapidement affiné leur technique au point de devenir les premiers producteurs (en qualité) de selvedge au monde.


« Un selvedge français, c’est possible ? »

Quand on multiplie les références au selvedge japonais et au selvedge américain, on aurait tendance à oublier que nous aussi nous pouvons fabriquer du denim selvedge. Pour cela, il suffit de s’entourer des bonnes personnes.

Denim Stanislas, le premier selvedge français

Notre rencontre avec notre tisseur Cédric

Nous avons rencontré Cédric, un jeune homme de 26 ans qui a récupéré d’anciens métiers à tisser pour créer de la toile selvedge du côté de Montbéliard. Et c’est là que nous nous sommes dit : un selvedge français, c’est possible !

Pour rentrer au cœur d’une usine de tissage de denim selvedge 100% française c’est par ici

Pour commander le premier selvedge tissé et fabriqué en France c’est par là

Chino Stanislas jeans selvedge francais daodavy_4-2

Denim Stanislas, premier selvedge français

 

Articles similaires

The following two tabs change content below.

Davy Dao

Artisan Créateur
Je m'appelle Davy, je suis l'artisan derrière la marque DAO. Autodidacte, cela fait plus de 10 ans que je navigue dans l'univers du denim. Depuis 2014, je conçois et fabrique (de mes mains) mes jeans dans mon atelier-boutique situé 5 rue Saint Nicolas à Nancy. A l'image de mon atelier, mon blog est un endroit ouvert à l'échange et à la discussion.

Commentaires

Répondre à BRUNET-DUNAND MARYSE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
Newsletter