Qu’est ce qu’un pantalon chino ?

Beaucoup d’entre vous rentrent dans notre boutique et se demandent ce qu’est un chino, ce terme n’étant que rarement utilisé ; ou alors vous l’avez déjà entendu, mais vous ne savez pas à quoi cela correspond exactement. Nous devons vous avouer que nous étions nous-mêmes un peu perdus au début. Désormais nous travaillons le pantalon chino depuis 2017, l’occasion de vous donner plusieurs informations et explications qui nous semblent pertinentes sur ce qu’est un chino.


« L’histoire se complique un peu… »

La définition d’un pantalon chino peut sembler assez floue quand on se réfère à la multitude d’informations qu’il est possible de trouver. On peut lire ici et là que ce pantalon en toile a été créé pour des besoins militaires au milieu du XIXième siècle par des colons britanniques stationnés en Inde.

La couleur de base, le beige, permettait aux troupes de se fondre dans un environnement sablonneux, pour ne pas être repérés. Cette même couleur en pendjabi (et aussi en vietnamien) se dit « Khaki ». Ce pantalon s’appelait donc originellement un khaki.

Le chino beige en détail

Le chino beige ton sur ton avec du sable… ou des copeaux de bois

Quand on sait que le beige se dit khaki et que ces pantalons militaires n’étaient fabriqués ni en Inde ni en Angleterre, on comprend tout de suite que l’histoire va mal partir… Alors, maintenant, nous vous posons la question, pourquoi est-ce qu’un pantalon en khaki, c’est-à-dire en beige, utilisé par des Britanniques en Inde s’appelle un chino ?

Chino kaki et son patch en cuir

Chino kaki et son patch en cuir

Chino beige et son patch en cuir

Chino beige et son patch en cuir

On vous passe l’histoire des voyages de Davy au Viêt-Nam au début de sa carrière, échouant justement à se faire comprendre sur la fabrication d’un « chino » que l’on appelle là-bas un « khaki ». Bref, dialogue de sourd auquel nous venons de répondre aujourd’hui !

Si en Europe nous appelons ce pantalon un chino c’est parce qu’à l’époque, il était tout simplement fabriqué en Chine. Chine, chinois, chino, vous voyez le rapport ?

« Décoder les codes du chino »

Pour fabriquer un chino en France, il suffit de reprendre les codes du pantalon khaki originel. Même si celui-ci a beaucoup évolué, il garde certaines caractéristiques qui lui sont propres. Si vous pensez que la couleur beige ou la coupe droite sans pinces permet de décrire un pantalon comme un chino, vous avez tout faux (désolés).

Ça aussi, c'est un chino

Ça aussi, c’est un chino

D’abord, sachez que si une marque vous vend un chino sous prétexte qu’il est fabriqué à partir de tissu en sergé, c’est un peu trop simpliste. Le sergé est un style d’armature, c’est-à-dire la façon dont les fils se croisent. Il se compose d’un fil de trame et d’un fil de chaîne qui peuvent être de même couleur ou de couleur différente… comme le jeans ! Une toile en sergé décrit donc une multitude de tissus différents : un denim, un tissu en coton, un tissu en viscose, un tissu en laine,… Bref la liste est longue !

Sur ces Jeanots par exemple, tout est en sergé

Sur ces Jeanots par exemple, tout est en sergé

Pour briller en soirée, il suffit donc de dire qu’un chino ne se reconnaît pas à sa toile en sergé mais à la confection des pièces du pantalon. La description d’un chino est simple : il se distingue par ses poches à l’italienne, ses poches passepoilées et ses passants. Ne vous en faites pas, on ne vous abandonne pas comme ça. On vous explique ces 3 spécificités plus en détails :

1- Les poches à l’italienne

Pour commencer la description de votre pantalon de ville, vous devez mentionner ses fameuses poches coupées, appelées poches à l’italienne.

Les poches à l'italienne de nos nouveaux chinos

Les poches à l’italienne de nos nouveaux chinos

La poche à l’italienne est cousue entre la ceinture et la couture de côté. Elle se compose d’un empiècement de hanche dans le même tissu que le produit et d’un fond de poche appelé aussi doublure dans une matière différente. L’assemblage de ces deux pièces vient créer une poche coupée très pratique.

La découpe d'un empiècement de hanche pour notre chino Denim Stanislas

La découpe d’un empiècement de hanche pour notre chino Denim Stanislas

Si elle est si utilisée dans le milieu de la mode (et dans la confection des chinos) c’est tout simplement parce qu’elle offre une facilité d’accès pour la main bien plus grande que les autres poches. Et en plus, elle est esthétique !

Silhouette chino kaki

Silhouette chino kaki

La poche est ajoutée en cours de confection et non rajoutée à la fin tout simplement parce qu’elle est « prise » dans la ceinture. D’où la finition impeccable.

2- Les poches passepoilées

Pour être un véritable expert du chino, il est impératif de mentionner les poches passepoilées. Ces poches sont l’inverse des poches plaquées. Plus complexes à travailler, elles sont ajoutées depuis l’intérieur du pantalon.

La fameuse poche passepoilée à l'arrière

La fameuse poche passepoilée à l’arrière

Pour la petite anecdote, la fabrication de nos chinos dans notre atelier nous demande énormément de temps. Alors quand notre stagiaire en couture, Tiffany, nous a confié en entretien « j’adore faire les poches passepoilées » il ne nous en fallait pas plus pour nous séduire ! Grâce à elle, nous avons pu perfectionner notre technique de fabrication des poches passepoilées : tout un art.

Couture de la poche passepoilée sur la jambe arrière

Couture de la poche passepoilée sur la partie arrière de la jambe

Promis, on vous passe le cours de couture et on passe à l’explication technique. Pour faire simple, la poche passepoilée est une poche composée de 1 ou 2 passepoils créant une ouverture avec une fente.

Coupe de la poche pour créer la fente

Coupe de la poche pour créer la fente

Elle est souvent fermée, puisqu’elle s’apparente davantage à une finition qu’à une poche. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est généralement placée sur des vestes ou des pantalons de costumes.

3- Les passants

Rien ne ressemble plus à un passant de pantalon qu’un autre passant de pantalon vous nous direz. C’est vrai, mais comme l’a si bien dit l’un de nos clients la semaine dernière « le diable se niche dans les détails ». Et là en l’occurrence, le diable c’est le chino parfait et les détails ce sont les petits passants placés autour de votre ceinture.

Le passant, plus long, est rabattu sous la ceinture

Le passant, plus long, est rabattu sous la ceinture

Pour trouver le véritable chino, il faut que les passants soient plus fins que sur des pantalons traditionnels et rabattus sous la ceinture. Ils sont directement cousus au pantalon avant la pose de la ceinture puis fixés par un dernier point d’arrêt pour un rendu plus propre.

Pose d'un point d'arrêt par Tiffany sur le passant rabattu

Pose d’un point d’arrêt par Tiffany sur le passant rabattu

Évidemment, on ne jette la pierre à personne si certains passants sont simplement coupés et cousus avec un point d’arrêt. Nous aussi, nous avions des passants coupés sur nos premiers chinos. C’est seulement en créant notre nouveau modèle pour le Printemps-Été 2019 que nous nous sommes rendus compte qu’il méritait des passants rentrés.

« Un chino en denim selvedge français »

Maintenant que le chino n’a plus de secret pour vous, la création d’un chino en denim (en sergé donc, si vous nous suivez toujours) n’est pas si extraordinaire. Et pourtant nous sommes encore les seuls à proposer un chino en jean !

Le chino en jeans a, lui aussi, tous les codes d'un chino traditionnel

Le chino en jeans a, lui aussi, tous les codes d’un chino traditionnel

En 2017, nous l’avions appelé le Jeanot, aujourd’hui il revient et fait une entrée royale : le chino Denim Stanislas. Fabriqué dans notre atelier à Nancy, il est tissé à Montbéliard sur un authentique métier à navettes, à découvrir ici.

Si vous craquez pour cette pièce originale, vous pourrez passer pour un expert en disant : « C’est du jeans oui, mais c’est un chino !« 

 

 

Articles similaires

  • Inspiration : comment porter un pantalon beige
    Inspiration : comment porter un pantalon beige Le chino beige est une pièce polyvalente du vestiaire masculin. Pourtant, beaucoup d’hommes se questionnent souvent pour savoir quoi porter avec un chino de couleur beige. J’ai décidé de […]
  • Jeans Vitrine de Juin – Self-Aged Cyclo
    Jeans Vitrine de Juin – Self-Aged Cyclo Voici donc venu le "Jeans Vitrine" de Juin, je vous présente "Self-Aged Cyclo". Derrière ce nom se cache un mélange des genres, j'ai voyagé très (trop ?) loin pour créer cette nouvelle […]
  • DENIM STANISLAS : Le premier jeans selvedge français
    DENIM STANISLAS : Le premier jeans selvedge français Et si nous n'avions plus rien à envier aux Japonais et aux Américains ? Et si la France parvenait à tisser elle-même son propre selvedge ? Aujourd'hui nous vous annonçons le lancement […]
  • Jeans + chino = Jeanot
    Jeans + chino = Jeanot Vous ne savez pas à quoi correspond un Jeanot ? C’est normal, j’ai créé ce terme en même temps que j’ai créé ce nouveau pantalon. J’ai décidé d’allier la simplicité du chino à la densité […]
The following two tabs change content below.

Davy Dao

Artisan Créateur
Je m'appelle Davy, je suis l'artisan derrière la marque DAO. Autodidacte, cela fait plus de 10 ans que je navigue dans l'univers du denim. Depuis 2014, je conçois et fabrique (de mes mains) mes jeans dans mon atelier-boutique situé 5 rue Saint Nicolas à Nancy. A l'image de mon atelier, mon blog est un endroit ouvert à l'échange et à la discussion.

Commentaires

  1. Salut Dao !
    Très bonne nouvelle tous ces modèles :)
    Dis moi, est ce que le chino beige est vraiment léger (peut on le mettre quand il fait plus de 25°c)? Le fait qu’il n’ait pas d’elasthane m’intrigue. Quel est son grammage ?

  2. Salut Davy ! J’ai suivi un peu de loin, mais avec intérêt le lancement de tes nouveaux pantalons. C’est chouette que ta marque se développe et je trouve que ça va dans le bon sens, félicitations !
    Je cherche à m’acheter un nouveau chino, et j’avoue qu’acheter chez toi me ferai très plaisir. Mais, comme tu as pu voir dans mon commentaire, le fait qu’il n’y ait pas d’élasthane me freine. Je me dis que je ne vais pas être à l’aise et c’est ce que je veux d’un chino, être à l’aise. Tous les chinois que j’ai en ont et je suis content de cette propriété.
    Qu’est-ce qui a motivé ton choix des matières et pourquoi ne pas avoir mis d’élasthane ?

    1. Bonjour Hugo,

      Tout d’abord merci pour ton intérêt et ta fidélité, il est toujours plaisant de voir que tu suis notre actualité et notre développement!

      Concernant nos chinos en effet pas d’élasthanne et ce pour plusieurs raisons:
      _ ils sont taillés un peu plus grands que notre coupe demislim habituelle
      _ nous proposons déjà les Jeanots (Gris et Bleu) en toile coton/élasthanne
      _ contrainte du sourcing: en effet pour trouver une toile élasthanne en Europe c’est un peu la croix et la bannière

      Nous avons donc préféré nous concentrer sur des toiles venant de fabricants européens avec lesquels nous avions déjà eu l’occasion d’échanger afin de proposer une toile 100% Coton très confortable et une toile 65%Coton Polyester très légère et agréable.
      Nous te rejoignons sur le fait que l’élasthanne apporte du confort et que cela est très agréable, notamment sur un produit comme le chino. C’est pour cela que nous avons personnellement essayé nos pantalons avant de les proposer :)

      Enfin, pour ne rien te cacher, nous travaillons actuellement sur le développement de nos propres toiles, notamment sur une toile élasthanne qui devrait bientôt voir le jour :)
      C’est la prochaine étape.

Répondre à Hugo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *